1 REP

HANOI 1951
Le 1er Régiment Etranger de Parachutistes est né en 1948 à Khamisi sous l’appellation de "1er Bataillon Etranger de Parachutistes". Il quitte l’Indochine en février 1955. Il débarque en Algérie en février 1955, s’implante à Zéraldal et devient "1er Régiment Etranger de Parachutistes". Le 3ème Régiment Etranger de Parachutistes est créé en avril 1949 à Mascara. En novembre 1949 il devient le "3ème Bataillon Etranger de Parachutistes". Le 4 mai 1954, le 3ème BEP part pour l’Indochine. Le 1er juin, le 3ème BEP prend le nom du 2ème BEP en s'intégrant avec les rescapés de ce bataillon anéanti à Dien Bien Phu. Le 3ème BEP renaît à Sétif. Le 1er septembre 1955, le 3ème BEP est dénommé 3ème Régiment Etranger de Parachutistes. Le 1er décembre 1955, il est dissous. Tous les hommes seront affectés au futur 2ème REP. En 1956, le régiment entre en Égypte dans le cadre de l'affaire du canal de Suez. Dès 1957, le régiment est envoyé en Algérie tout d'abord à Alger, puis dans les djebels, puis enfin à Guelma. Le 29 mai 1958, lors d'une opération appelée "Taureau 3" dans la région de Bou-Amhdad, son commandant, le lieutenant-colonel Maurice Jeanpierre, est tué lors de la chute de son hélicoptère. Son successeur, le colonel Brothier reprend le commandement le 17 juin 1958 avec comme mission de sécuriser l'Algérie. Au moment du putsch d'Alger d'avril 1961, le régiment est commandé par intérim par le commandant Hélie Denoix de Saint Marc, le lieutenant-colonel Guiraud étant en permission. Avec l'accord des cadres, Saint-Marc engage le régiment au côté des putschistes. Suite à l'échec du putsch, le régiment est dissout le 30 avril par Pierre Messmer. Les légionnaires quittent leur camp de Zeralda en chantant la chanson d'Édith Piaf : Non, je ne regrette rien. De ce fait; le 2 REP demeure le seul regiment étranger parachutiste.
Le 1er avril 1948, le 3ème REI forme en son sein une Compagnie Parachutiste qui doit renforcer le 3/1er RCP. Placée sous le commandement du Lieutenant MORIN, elle effectue dès le 26 avril une opération aéroportée sur Van Xa. Les 9 et 10 juin la voient sauter sur Cao-Bang pour renforcer la garnison. Cette Compagnie sera dissoute le 31 mai 1949 et son effectif sera versé au 1er BEP Créé le 1er juillet 1948, le 1er Bataillon Etranger de Parachutistes voit le jour à Khamisis, près de Sidi-Bel-Abbès. Le Capitaine SEGRETAIN en prend le commandement et ce 1er BEP débarque à Haiphong le 12 novembre 1948. Déjà le 28 mars 1948 avait été décidée la formation au Maroc d’un Bataillon Etranger de Parachutistes. Implantées à Sétif, ce n’est que le 9 octobre que sont officiellement créés le C.C.B et la 1ère Compagnie du 2ème BEP. Les détachements arivent peu à peu et sont rapidement dirigés vers l’école de saut de Philippeville. Les deux autres Compagnies formées par le 4ème REI viennent du Maroc. Après avoir reçu son fanion le 18 novembre, le 2ème BEP embarque le 13 janvier 1949 pour l’Indochine sur le « Maréchal Joffre » et touche Saïgon le 9 février. Le 13, il fait route sur Phoom Peng.
L’année 1949 sera partagée entre le Cambodge et la Cochinchine où le Bataillon connaît les rudes combats de la Plaine des Joncs. Les unités placées en alerte aéroportée sont alors parachutées dans tout le sud de l’Indochine. L’année 1950 le voit intrevenir au cours d’opérations aéroportées amphibies ou de surface en Annam et au Laos. Le 1er avril à Ba Cum, la 2ème Compagnie se distingue par un magnifique fait d’armes qui lui vaudra une citation particulière à l’ordre de l’Armée. En octobre 50, le 2ème BEP fait mouvement sur le Tonkin, le 1er BEP ayant disparu provisoirement, décimé en assurant la retraite des garnisons de Cao Bang, That Ke et Langson. Dès leur arrivée, les 1ère et 2ème Compagnies forment un Sous-Groupement parachuté à Xin Ma Kay (Haut Tonkin) pour procéder au repli des garnisons de Pakha et Hoang Suphi préssées par un ennemi très supérieur en nombre. Jusqu’en juillet 1951, le 2ème BEP participe sans relâche à la défense du Tonkin. Le 8 août, le Bataillon fait mouvement sur l’Annam où il y reste juqu’au 29 septembre. Il revient quelques jours à Hanoï puis est largué en pays Thaï afin de créer une diversion sur les arrières des rebelles qui encerclent Ngia Lo. A l’issue de cette opération éprouvante, un pont aérien ramène le Bataillon à Hanoï entre le 19 et le 24 octobre. Son implantation dans le sud est alors ordonnée et il s’installe à Baquéo, près de Saïgon, du 26 novembre au 2 décembre. Envoyé à nouveau dans le Delta Tonkinois, le Bataillon participe aux opérations du secteur de Ba Vi et de la Rivière Noire. Pendant toute l’année 52 et jusque début avril 1953 se succèdent des mois d’opérations continuelles sur le pourtour et à l’intérieur du Delta. Hélas, le Chef d’escadrons RAFFALLI est grièvement blessé le 1er septembre 1952. Depuis près de deux ans, il conduisait son unité de succès en succès. Evacué à Hanoï puis à Saïgon, il succombe de ses blessures le 2 septembre. Le 17 juillet 1953, le 2ème BEP saute à Loch Bing. Il a pour mission de préparer le repli sur Din Lap des éléments qui doivent opérer la destruction de la base Viet. Cette opération réussit au-delà de toute espérance vaut au 2ème BEP sa 4ème palme en 4 ans d’existence. Jusqu’en janvier 54, les opérations dans le Delta et ses abords se succèdent sans interruption.
Le 10 janvier 1954, le 2ème BEP est dirigé à nouveau sur le sud jusqu’à mi mars. Viennent ensuite quinze jours de repos mérités sur Hanoï et c’est enfin le couronnement d’une épopée magnifique. Les 9 et 10 avril , le 2ème BEP est largué au dessus du camp retranché de Dien Bien Phu. Il y retrouve son frère d’armes le 1er BEP qui depuis le 21 novembre 1953 participe à la terrible bataille. Le 23 avril, le Bataillon est chargé d’une contre attaque sur Huguette 6 dont la fureur des combats décimera la grande majorité des compagnies. Quelques jours plus tard, le 25 avril, il reste tout juste assez d’hommes pour former un seul « Bataillon de marche étranger de Parachutistes ». à effectif très réduit. C’est encore durant les 12 jours et les 12 nuits un combat continuel dans des conditions de cauchemar. Le 7 mai, à 18 heures, le combat cesse. Le 2ème BEP, lui, n’existe plus qu’à l’état de base arrière et de blessés dans les hôpitaux. Le 25 mai, des éléments du 3ème BEP débarquent à Haïphong. Ils se réunissent autour des vestiges du 2ème BEP dont ils reprennent l’appellation. Le 14 juillet, le 2ème BEP défile à nouveau dans les rues de Hanoï. Après l’armistice, le bataillon fait mouvement vers le sud où il réalise un dernier accrochage avec les viets le 30. Le 18 août, le 2ème BEP reçoit la fourragère aux couleurs de la médaille militaire pour les immenses sacrifices consentis par ses aînés. Le 14 juillet 1955, le 2ème BEP reçoit, suprême honneur, la fourragère rouge de la Légion d’honneur au titre de ses six citations à l’ordre de l’Armée obtenue en six ans de combats âpres et ininterrompus : MORE MAJORUM.
LES CHEFS de CORPS de 1954 a 1961
CBA JEAN PIERRE de 1954 a 1956
LCL BROTHIER de 1956 a 1957
LCL JEAN PIERRE de 1957 a 1958
LCL BROTHIER de 1958 a 1959
LCL DUFOUR de 1959 a 1960
LCL GUIRAUD de 1960 a 1961
LIRE   OU
LAISSEZ  VOS  COMMENTAIRES  MERCI
clic sur la banniere ci  dessous

LEGION-ETRANGERE KEPI-BLANC MUNCH 2REP


compteur pour blog


VOTER POUR CETTE PAGE
clic sur le LOGO MERCI

LEGION ETRANGERE-KEPI BLANC-MUNCH-2REP VOTE
Image Hosted by ImageShack.us